Naoki Maeoka, maître japonais du bonsaï

Rencontre

Comment appréhendez-vous l’art du bonsai ?
Dans l’art du bonsai, je me suis particulièrement intéressé aux thèmes du Wabi sabi*. C’est en étudiant continuellement et profondément le monde des arbres, que l’on perce progressivement son mystère. Le Wabi sabi est un concept difficile car il doit s’appréhender à travers les époques et les adeptes mais lorsqu’on considère un arbre comme celui-là (mettre une image d’arbre), avec son histoire, sa ligne, que l’on regarde ceux qui s’y sont intéressés et qui ont trouvé un rare plaisir à juste le contempler, je pense qu’on peut ressentir sa dimension et comprendre sa beauté.

Que veut dire l’art du bonsai contemporain ?
Pratiquer l’art du bonsai aujourd’hui c’est garder de la justesse et de l’unicité dans l’approche de chaque arbre. Bien sûr, la connaissance des pratiques du passé, comme par exemple ce qui a conduit à utiliser du fil de cuivre et la manière dont il a été utilisé au fil des âges, est clé. Dans certains pays, on pratique des approches appelées « Check list bonsai ». Il faut veiller à ce que ces manières qui séquencent et qui classent point par point la pratique de l’art du bonsai, ne limitent pas ou ne stéréotypent pas le style et ne conduisent pas à façonner toujours le même arbre.

Quelle est votre touche personnelle ?
Chaque arbre a une dimension transcendentale, mais pour peu d’entre eux, elle est véritablement révélée : il faut aller chercher, au-delà de la forme ou du style, l’essence même de l’arbre, sa présence fondamentale, sa force intérieure que lui procure son âge avancé. Ma philosophie est de faire du bonsai une source de plaisir et de joie pour chacun et le plus grand
nombre.

*Wabi sabi est un concept esthétique empreint de la spiritualité du bouddhisme zen et du taoïsme. Le wabi sabi relie deux principes : wabi (solitude, simplicité, nature, plénitude et modestie face aux
phénomènes naturels) et le sabi (patine, altération par le temps, sensation procurée par le passage du temps et le travail des hommes). Il prône le retour à la simplicité, à une sobriété paisible pouvant influencer positivement l’existence, où l’on peut reconnaître et ressentir la beauté des choses même imparfaites.

Leave a Reply